Les opticiens Mutualistes de Loire Atlantique : magasin de lunettes et lentilles
Accueil > Ma vue > Tout savoir sur ma vision > - Quand consulter ?

Quand consulter ?

 

BÉBÉS - ENFANTS - JEUNES ADULTES - ADULTES

 

BÉBÉS

Il arrive parfois que des nourrissons de moins de 3 mois louchent. A cet âge, ce trouble n’est pas forcément anormal. En effet, le système visuel se met en place et les yeux du bébé apprennent à travailler et à se coordonner : c’est la binocularité.
Cependant il est important de consulter un Ophtalmologiste, qui lui seul pourra déterminer si oui ou non le problème est sérieux.
D’autres signes doivent être pris au sérieux et vous inciter à consulter un pédiatre ou un ophtalmologiste. Eux seuls sont en mesure d’évaluer l’acuité de votre enfant, le parallélisme des yeux et de déterminer le ou les défauts visuels du bébé.

  • Le nourrisson ne regarde pas la lumière ou s'en détourne énergiquement.
  • A 3-4 mois
  • Il ne sourit pas en voyant des visages familiers.
  • Il ne joue pas à regarder ses mains.
  • A partir de 6 mois
  • Il ne semble pas distinguer les visages connus des visages inconnus.
  • Il ne saisit pas les objets pour les porter à sa bouche.
  • A partir de 9 mois
  • Il ne réagit pas aux mouvements brusques.
  • Ses yeux ont des mouvements saccadés.
  • Il ne cherche pas l'objet qui disparaît de son champ visuel.
  • Il ne se penche pas pour ramasser un jouet.
  • Vers 15 mois
  • Il ne marche pas.
  • A partir de 18 mois
  • Il ne montre pas ce qu'il désire.
  • Il se heurte aux meubles en marchant.

ENFANTS

L’ enfant qui a une mauvaise vue n’en est pas forcément conscient. Il est donc nécessaire d’être vigilant pour détecter d’éventuels troubles visuels.
Plus un problème est détecté précocement, mieux il pourra être traité et moins les conséquences à long terme seront importantes.
Si un ou plusieurs des signes est présent, il faut prendre rendez-vous chez un pédiatre ou un ophtalmologiste qui seront les seuls à avoir les appareils pour mesurer l’acuité visuelle ou les éventuelles déviations de l’œil.

  • Il cligne souvent des yeux, les frotte fréquemment et fronce les sourcils régulièrement, ses yeux sont rouges ou le piquent.
  • Il se plaint de maux de tête, confond les lettres, louche.
  • Il écrit le nez collé à ses cahiers.
  • Il éprouve des difficultés à suivre à l'école.

JEUNES ADULTES

  • Les porteurs de lunettes doivent consulter régulièrement l'ophtalmologiste pour ajuster leur correction.
  • Pour les porteurs de lentilles, une consultation chaque année est conseillée.
  • Pour les non-porteurs de correction, vous devez consulter dès lors qu'une nouvelle gêne visuelle se fait sentir.

    Les troubles à surveiller :
  • Maux de tête.
  • Yeux qui piquent.
  • Vision floue de loin.

 ADULTES

Vers 40-50 ans, la presbytie va apparaître. Directement en relation avec la perte du pouvoir accommodatif, elle va se manifester au travers de plusieurs signes :

  • La vision se trouble durant la lecture.
  • Le texte est reculé à bout de bras, la distance de lecture s’éloigne. 


Il est temps de consulter votre ophtalmologiste pour qu’il prescrive la correction nécessaire.

ADULTES

En cas de presbytie, il est nécessaire de consulter régulièrement pour adapter votre correction à l'évolution de celle-ci. Après 65 ans, faites-vous contrôler tous les 2 ans si vous n'avez pas de pathologie déclarée.

La DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age ) est la première cause de cécité chez les personnes de plus de 50 ans.
C’est une atteinte de la partie centrale de la rétine (macula) qui engendre une perte de la vision des détails, des contrastes et des couleurs. Les premiers symptômes en cas de DMLA sont :

  • Difficulté à voir de loin.
  • Difficulté à reconnaître les détails.
  • Difficulté à lire.
  • Difficulté à reconnaître des visages.
  • Gêne pour regarder la télévision.
  • Déformations des objets.

Certains patients éprouvent ces premiers symptômes sans perdre la vision, d'autres présentent des complications sévères. Résultat : la vue baisse fortement et l' évolution est lente.
Facteurs aggravants : certains facteurs environnants (lumière, UV, tabac, etc.) et certaines
prédispositions génétiques.

Notre conseil : Un suivi régulier à partir de l’âge de la presbytie par un ophtalmologiste.
Ce suivi est d’autant plus important quand des cas de DMLA sont connus dans la famille.
La DMLA est une atteinte irréversible de la rétine. Seule son évolution peut être ralentie et ce
d’autant plus qu’elle est détectée précocement.